Parcours d’un Chef jusqu’à Noailles

La porte d’entrée du Petit Saint Louis à peine franchie, il est possible d’apercevoir, au fond de la salle, des bribes de l’agitation qui règne en cuisine. Le Chef, Lionel, aime œuvrer sous la grande arche en pierre séculaire et est heureux d’entrapercevoir les nouveaux ou les habitués lorsqu’il est à ses fourneaux.

Le bonheur d’offrir

Le regard du jeune Chef, qui entame à peine la quarantaine, est direct et intense. Lorsqu’on nourrit son prochain, parce qu’on aime ce métier et que l’ambition est d’offrir le meilleur, la nature vous a forcément doté d’une forte personnalité.

Ainsi, sans hésiter, Lionel donne la primauté à la qualité des produits qu’il choisit avec soin, puis donne libre cours à sa créativité tout en s’efforçant de rester dans la simplicité. Avec lui, pas de chichis inutiles. D’ailleurs, sa certification de « Maître Restaurateur » témoigne de son savoir-faire.

Un parcours qui va de soi

Comme pour beaucoup de Chefs, la vocation est arrivée tôt. Pour Lionel elle a débuté dans la région de St Etienne, dans une affaire familiale. C’est sans doute grâce à la proximité des Dombes, célèbre pour sa faune, ses étangs et ses grenouilles … que Lionel a trouvé l’inspiration nécessaire pour faire de ses grenouilles poêlées – met devenu rare aujourd’hui-  un plat qui lui a assuré une solide réputation.

Puis, il débute un parcours en solitaire et lors de son arrivée à Marseille, autour de la trentaine, il commence par exercer ses talents à La Pointe Rouge puis à Aubagne.

Son choix du restaurant Le Petit Saint Louis

A ce stade de son parcours, notre Chef a acquis l’expérience, la technique et la maturité nécessaires pour être sûr de ses choix : quel type de  cuisine il veut faire et dans quel cadre il veut l’exercer. Son caractère de Chef est formé et il faut préciser qu’il fait partie de ceux… qui ont bon caractère…

Pendant le « coup de feu » sa concentration est perceptible et dès que la tension retombe, arrive le moment d’entrer en salle pour échanger avec quelques convives. Lionel dit que ces moments sont devenus, pour lui, aussi importants que son travail en cuisine.