Le biscuit « fait maison » : vous en prendrez bien un autre ?

Dans le centre-ville de Marseille j’ai une prédilection pour le quartier de Noailles. J’aime m’attabler au Petit Saint Louis, là où se croisent les différentes populations de la ville, car je sais que j’aurai droit au biscuit fait maison qui accompagne le petit café…

Le « baiser » sucré de Noailles

Personne ne conteste la suprématie française en matière culinaire et plus particulièrement dans les spécialités pâtissières ! C’est pourtant en langue allemande que le joli nom « baiser » désigne une meringue…

Lorsque, attablée au Petit Saint Louis j’attends mon café, je me régale d’avance du petit carré qui l’accompagnera, sorte de macaron léger comme une meringue spécialité du pâtissier de la maison.

…Ou bien le biscuit sablé

Tous ces biscuits qui ont nourri notre enfance, petites galettes bretonnes, sablés de toutes sortes, secs ou moelleux n’ont jamais été aussi bons que lorsqu’ils sortaient tout chauds du four de grand-mère…

Le sablé, à peine bombé comme un petit ventre rond, moelleux à l’intérieur, fleurant imperceptiblement la vanille, autre spécialité du jeune pâtissier maison, remplace parfois le « baiser » sur la sous-coupe…

Les navettes, une spécialité marseillaise